samedi 4 novembre 2017

Pour un salaire à vie

Plusieurs personnes m'ont parlé du concept de salaire à vie, aujourd'hui j'ai enfin pris le temps de me renseigner et effectivement je comprends mieux en quoi cette idée est révolutionnaire et pourquoi c'est vers cet idéal de société qu'il faut se diriger (et qu'il faudra lutter pour y arriver).

Quand l'idée du revenu de base a commencé à gagner du terrain, notamment avec le référendum Suisse, je n'avais pas saisis alors la nuance qui faisait dire à Franck Lepage qu'il valait mieux un salaire à vie. Par la suite c'est lors d'une formation qu'un participant me conseillait de voir une vidéo sur le sujet (comme j'ai toujours une image sur le revenu de base dans mes présentations). Et enfin, récemment, c'est en passant sur le stand du Réseau-Salariat, à la Fête de l'Huma, qu'un dernier rappel m'était fait sur cette notion.


Je ne saurais mieux vous suggérer que de vous aussi faire ce même cheminement :
  1. http://www.reseau-salariat.info/
  2. http://www.reseau-salariat.info/6a2aa40dce09799c0cadcbffcef31985
  3. https://www.youtube.com/watch?v=uhg0SUYOXjw
  4. http://www.reseau-salariat.info/0b04e3309b01d6f8be893e6e9f7604e5
De la dernière vidéo on partagera le constat qu'on est actuellement plutôt sur une trajectoire vers ce qu'il appel "infra-emploi". Et que, comme de nombreux autres, j'ai cherché à échapper à l'employeur en allant vers le marché des bien et des services, avec mon activité propre.
Si dans ce modèle la propriété lucrative reste présente, ne peut-on espérer que la logique des biens communs permette de transformer cette défaite en une issue pas si malheureuse ? En pensant scénario probable, car malgré que le salaire-à-vie puisse être vu comme plus souhaitable, il en sera aussi plus difficile à conquérir.

Edit : après cette dernière vidéo, ok c'est une partie, biens communs pourrait s'apparenter à une copropriété d'usage des moyens de production, reste l'autre moitié nécessaire avec le salaire à vie.

samedi 30 septembre 2017

Formation pour l'AFPA chez PING


 Du 27 au 29 septembre j'intervenais à Nantes chez PING dans le cadre de la formation CMN (Conseiller Médiateur Numérique) de l'AFPA.





L'occasion de transmettre une partie de mon expérience concernant l'univers des FabLabs, et plus précisément au sujet de la modélisation 3D, et de la fabrication additive. Avec notamment une initiation à la CAO avec FreeCAD, que j'utilise désormais pour cela à la place de Sketchup.

Pourquoi ce choix ? (Voir tableau comparatif ici)
  1. La construction volumique me semble mieux pour commencer et progresser par soi-même (moins de risque de créer de mauvais modèles qu'avec un modélisateur surfacique).
  2. La logique de conception étant la même, peu importe qu'ils continuent avec celui-ci ou un autre logiciel, ils pourront transposer leur connaissances acquises durant l'initiation.
  3. Et parmi les logiciels volumiques ça me semble le meilleur compromis pour commencer :)

Pour s'initier a la modélisation avec FreeCAD j'ai transformé la résolution d'un petit problème quotidien en tutoriel pas-à-pas (EN/FR). Au cours de l'exercice on apprend à modéliser les deux objets suivants, ce qui permet de voir la plupart des outils et fonctions de bases :)

IMG_20170831_123929


Pour l'avoir délivré plusieurs fois ce petit tuto marche bien, maintenant je regarde même comment pouvoir envoyer un open-badges en guise de récompense à la fin...

C'était chouette, surtout avec la diversité des personnes présentes à la formation. On a également monté ensemble une Micro Delta dont j'ai pu apprécier la simplicité de la version "rework".
L'open-atelier du jeudi était également l'occasion de redécouvrir le super wiki FabLabo pour documenter les projets, rencontrer de vieilles connaissances, ainsi que de nouvelles (ex.).


lundi 18 septembre 2017

Fête de l'Huma 2017

Après quelques jours d'intervention en Lorraine j'ai enchainé à la Fête de l'Humanité (où je tenais un stand pour la 4ème année consécutive je crois), et c'était cool.
Elle attire beaucoup de monde avec les nombreux concerts qui y ont lieux. Et certains ne réalisent d'ailleurs qu'une fois sur place la dimension également politique de l'événement.

Un deuxième point que j'en retiens chaque année : la nourriture, avec des spécialités qu'on a rarement l'occasion de déguster autrement (cette année j'y ai partagé des plats moyen-orientaux délicieux).

Et mon troisième point : les rencontres, les gens avec qui on a parfois des discutions/réflexions poussées, notamment un petit garçon venu le premier jour et qui ne quitta presque plus le stand (ses parents tenant un stand d'une délégation départementale du PCF ailleurs sur la fête), passant de l'autre coté et contribuant aux explications pour les visiteurs.

Je retiens notamment mes voisins immédiats de Tenk (sur les idées de modèles économiques, genre AMAP de créateurs), et le stand Réseau-salariat (j'étais surtout au fait du revenu de base, mais il faut que je creuse ce proche concept... (ceci étant fait je comprends mieux son aspect beaucoup plus révolutionnaire)).

Création d'un porte-clés pour remercier Gaétan, mon jeune assistant improvisé sur la Fête, à l'année prochaine pour continuer d'en fabriquer ;)

vendredi 15 septembre 2017

FoldaRap 3 / en cours

IMG_20170906_180211

La nouvelle version de la FoldaRap progresse bien, avec enfin un mécanisme de pliage/dépliage instantané ;-)
(disons 2 secondes quand il fallait 5 minutes avant)



Et comme expliqué dans le post précédent, j'en profite pour expérimenter un autre modèle économique (que la vente de matériel) dont la démarche est la suivante :

  • micro-mécénat récurrent via LiberaPay
  • pour soutenir le développement, le partage de connaissances, la documentation (de ce projet et d'autres)
  • libre-hardware : vous avez la recette, à vous de trouver les ingrédients, et/ou passer par des vendeurs de matériels identifiés (auxquels je proposerais naturellement de soutenir également le projet)

Quand pensez-vous ?

(en tout cas ça me semble plus léger/efficace comme principe d'organisation)


Et pour terminer sur une information agenda, vous pourrez me retrouver accompagné de ma fidèle machine :

  • Septembre, du 15 au 17 à l'espace numérique de la Fête de l'Humanité (à moins que je ne me promène avec sur les autres stands ^^)
  • Septembre, du 26 au 28 chez Ping/Plateforme-C à Nantes
  • Octobre, 21-22, pour le Festival-D à Anger
  • Novembre (le 18 ?), au Bocal à Chemillé (on devrait y organiser un rassemblement des FoldaRaps locales)

lundi 14 août 2017

Modèle économique / Biens communs / Micro-dons

Que deviennent les grands aspects de l'apprentissage, du travail, ou des loisirs, à mesure que la société se transforme ? C'est une question récurrente.
Comme vous avez pu le voir ici je ne peux m'empêcher de théoriser mes activités, mais je suis aussi de nature à vouloir éprouver à mon échelle, par curiosité expérimentale, les nouveaux modèles qui semblent émerger en réponse à cette question :)

En 2011 j'avais eu l'opportunité de pouvoir consacrer une partie de mon stage de master à ces réflexions, qu'on retrouve dans ce mémoire (le relire 6 ans plus tard me fait dire qu'on ne s'en est pas trop éloigné, les pratiques décrites sont même en bonne voie de diffusion).

Avec notamment la problématique suivante qui reste d'actualité : quand les créations sont partagées librement pour contribuer aux biens communs, quels modèles économiques peuvent l'accompagner ? A l'époque je voyais deux hypothèses : un revenu de base et/ou des micro-dons récurrents, par exemple via l'outil Flattr (page 25).

Suite à ce stage et à l'ouverture du FabLab au sein de l'ENSGSI à Nancy, mon modèle économique personnel est devenu très simple : il fallait quelqu'un pour s'occuper de cet espace, j'ai donc commencé avec mon statut d'auto-entrepreneur et continué en CDD. J'ai essayé de résumer ça dans le tableau suivant, au départ les revenus perso financent les dépensent perso ainsi que les projets, par la suite avec le crowdfunding les projets s'auto-financent et contribuent à mes dépensent perso. Au point de transmettre mon poste au FabLab et continuer l'aventure de la création d'entreprise.


Après avoir testé la vente de matériel (modèle "immédiat" dans l'open-hardware, les gens étant plus facilement enclins à acheter du matériel que de l'immatériel), le crowdfunding et l'entreprise classique (mais en y étant bénévole, j'ai investi toute mes ressources) je voudrais re-expérimenter une stratégie en partie basée sur le don, le temps ayant permis à d'autres plate-formes de voir le jour et à cette pratique de bien se développer :)

Flattr ?
Il n'a pas eu un très gros succès, voir presque disparu des radars ?
En mai, je reçoit une newsletters annonçant son prochain retour, l'équipe de Flattr rejoignant Eyeo (AdBlockPlus).

Gittip/Gratipay ?
Au détour d'un événement en 2013 Simon me faisait découvrir Gittip qui allait encore plus loin dans le concept et la cohérence du libre, ça avait l'air génial (mais j'étais déjà bien occupé). Malheureusement cet outil a dévié de son origine et ne semble plus un choix très intéressant.

Aujourd'hui la tendance est aux Patreon/Tipeee. Et ça semble même bien marcher.
D'après leur conditions, l'original premier serait mieux que la seconde copie (5-10% de frais au lieu de 9-23%). Mais ça reste des intermédiaires, un don direct est plus efficace.
En cherchant si d'autres ont déjà poussé la comparaison je découvre dans cet article Beacon, orienté journalisme mais avec une très intéressante mutualisation (70% pour le créateur 30% pour la plate-forme et les autres projets, liant de fait le succès des créateurs ensemble).

Et finalement, au détour d'un billet de @Ploum, je découvre un petit nouveau prometteur que je m'en vais essayer : LiberaPay. Une plate-forme libre financé via... LiberaPay. Développée par un ancien de Gratipay qui souhaitait créer une alternative.
L'auteur de Pepper&Carrot y a créé une page (une super bande dessiné qu'on m'a récemment fait découvrir), très belle expérience libre également.



Et voici la mienne : https://liberapay.com/EmmanuelG/ :D
J'ai commencé par rajouter le petit bouton qui va bien en haut à droite, et par la suite ça me permettra de dire à la fin d'un tuto par exemple "si vous appréciez mes travaux, considérer un micro-soutient". En tout cas je pense que ce type de fonctionnement est plus intéressant que d'imaginer refaire une campagne de financement participative (dans l'idée de rester le plus agile possible et plutôt s'arrêter à la création de recettes facilement réplicables qu'à la fournitures de kits).

Sinon dans la même veine de ce recentrage de cohérence je viens de rejoindre Mastodon (Twitter version libre) ;-)